Gee-Gees - Nouvelles

Flynn se joint aux Gee-Gees en tant qu'entraîneur adjoint


jeudi 10 juillet 2014

L’équipe de basketball féminin de l’Université d’Ottawa est fière d’annoncer l’embauche de Patrick Flynn au poste d’entraîneur adjoint à temps plein. Flynn, ex-étudiant de l’U d’O, s’amène avec le gris et grenat, fort de son expérience de quatre saisons à la barre des Griffons de l’Outaouais.

« Pat est un ajout extraordinaire à notre personnel d’entraineurs cette année. Il est respecté, possède une grande expérience et il est un entraineur bilingue qui connait beaucoup la communauté de basketball au Québec. Il est très motivé à nous aider à faire progresser notre programme », a noté l’entraineur-chef Andy Sparks.

Nommé entraîneur-chef des Griffons en février 2010, Flynn a remporté le prix d’entraîneur de l’année du cégep de l’Outaouais l’an dernier. Auparavant, il a dirigé l’équipe juvénile féminine de l’Arsenal du Collège Nouvelles-Frontières, où il a entrepris sa carrière d’entraîneur avec l’équipe masculine.

Le natif de Gatineau amènera également avec lui un impressionnant réseau, de par son implication dans les programmes de développement de joueuses d’élite de Basketball Québec. Il a été entraîneur adjoint pour la formation U16 de l’Outaouais aux Jeux du Québec en 2010, dirigeant entre autres Catherine Traer au sein de l’équipe victorieuse. Il a aussi dirigé l’équipe U15 de l’Outaouais, et sera à nouveau d’office plus tard cet été, à titre d’entraîneur adjoint de l’équipe U14 espoir.

Avant de se lancer dans le milieu, Flynn a joué au basketball au Collège Saint-Alexandre, et un an au Collège Nouvelles-Frontières. Il a obtenu sa licence en droit civil (LL.L) et son baccalauréat en common law (LL.B) de l’Université d’Ottawa en 2009. Aprés de passer le barreau du Québec en 2010, Flynn a travaillé pour l'Association des Juristes d’Expression Française d’Ontario, un organisme à but non lucratif qui cherche à défendre les droits des francophones.

Avec les Gee-Gees, Flynn se concentrera sur les habiletés individuelles des joueuses, et les séances vidéo. « Je suis toujours excité à l’idée d’aller dans le gymnase et d’aider les joueuses à s’améliorer individuellement et collectivement », a déclaré Flynn.

« Je me sens privilégié de pouvoir apprendre de coach Sparks, et en tant qu’ancien, je souhaite beaucoup de succès à l’U d’O. Le programme est en pleine ascension, et si je peux contribuer à cette montée en puissance, je serais très content. Je dirige une équipe qui a des attentes élevées, et c’est très motivant pour moi ».

Flynn viendra prendre la place laissée béante par Marg Jones, qui est la nouvelle entraîneuse-chef des Lakers de l’Université Nipissing.

Les Gee-Gees revigorent leur alignement en ajoutant une étoile du SIC


lundi 14 juillet 2014

L’équipe féminine de soccer des Gee-Gees est heureuse de greffer à son alignement la joueuse originaire d’Ottawa, Meaghan Ramsden, pour la saison 2014-2015. L’ajout de cette joueuse de cinquième année viendra solidifier la brigade défensive du gris et grenat. Ramsden est une défenseure qui évoluait à l’Université St. Francis-Xavier au courant des dernières années, qui se sont avérées pour le moins fructueuses.

« Meaghan est une très bonne athlète, et elle peut dominer un match sur le plan physique. Elle pourrait jouer à n’importe quelle position au sein de notre défensive, et à cause de ses capacités athlétiques, on pourrait même l’utiliser à l’avant si l’on avait besoin de sa présence comme troisième attaquante », a commenté l’entraîneur-chef des Gee-Gees, Steve Johnson.

Ramsden a su se démarquer à sa position, étant d’ailleurs nommée au sein de la première équipe d’étoiles du SUA à trois reprises (2010, 2011, 2012), et au sein de la deuxième équipe d’étoiles en 2009. Son plus impressionnant fait d’armes demeure à ce jour sa nomination au sein de la deuxième équipe d’étoiles du SIC en 2011. Elle espère pouvoir contribuer avec son talent et son leadership, pour permettre au gris et grenat de se rendre loin dans les éliminatoires.

« J’ai hâte d’entreprendre la prochaine saison sous la férule du coach Johnson, et me joindre à une équipe qui est en mesure de livrer d’excellentes performances de façon constante. Je suis impatiente de pouvoir jouer dans ma ville d’origine, et de me rapprocher de mes amis et de ma famille », avance Ramsden. « J’ai remporté un titre de conférence, je sais donc ce qu’il faut pour connaître du succès. Par contre, je n’ai pas eu la  chance de remporter la bannière du SIC, et c’est ma dernière occasion de le faire. C’est donc dire que je crois pouvoir amener d’importants atouts à l’équipe : mon expérience, et le sentiment d’urgence de gagner. »

Après avoir remisé ses crampons en 2012, Ramsden a renoué avec la compétition cet été en jouant dans la ligue féminine du Fury d’Ottawa. Cela a constitué un élément-clé de sa préparation lors de la saison morte, toujours dans l’optique d’arriver fin prête pour sa dernière année dans le SIC.

« Meaghan nous apportera beaucoup d’expérience, ce qui nous sera bénéfique tant sur le terrain qu’à l’extérieur. Comme elle a connu du succès avec son équipe club et avec son université, elle amènera une attitude gagnante à notre programme », a ajouté Johnson.

L’arrivée de Ramsden viendra colmater les brèches créées par les départs des défenseures Chantal McFetridge et Chelsea Lanos. La défensive des Gee-Gees pourra compter sur plusieurs joueuses d’expérience, car outre Ramsden, Maris Barnabe et Chiara Quadri entameront également leur cinquième année. On peut donc dire que tout est réuni pour les Gee-Gees puissent compter sur une défensive étanche, qui donnera des maux de tête aux attaquantes adverses.

Après avoir raté de peu leur qualification pour le championnat du SIC l’an dernier, pariez que le gris et grenat sera motivé à s’y tailler une place cette année. D’ici là, il beaucoup d’eau coulera sous le pont, mais force est d’admettre que l’addition de Ramden est un pas dans la bonne direction.

Le reste de la cohorte de recrues sera annoncé plus tard en juillet.

Deux recrues des Gee-Gees à la Coupe défi de l'équipe nationale


mercredi 16 juillet 2014

La Coupe défi de l’équipe nationale bat actuellement son plein à l’Université du Manitoba à Winnipeg. Le tournoi se poursuivra jusqu’au 20 juillet et peut-être pourrons-nous voir deux recrues de l’équipe de volleyball des Gee-Gees se frayer un chemin jusqu’en finale. En effet, les attaquantes latérales Logan Potter et Caroline  Lemay ont réussi le processus de qualification pour faire partie de l’équipe de l’Ontario. Après une semaine intensive d’essais, les deux joueuses étaient très contentes de rejoindre la brigade ontarienne.

« Après l’entrevue finale, j’étais très nerveuse. Je ne savais pas à quoi m’attendre, et je voulais éviter de me faire des idées. Quand j’ai eu la nouvelle que j’étais sélectionnée au sein de l’équipe, j’étais très heureuse et soulagée. J’étais très contente d’avoir la chance de vivre une telle expérience », a affirmé Lemay.

L’équipe de l’Ontario tentera de remporter pour une deuxième année consécutive la coupe tant convoitée, mais elle aura à se mesurer à plusieurs autres bonnes équipes. « Je crois faire partie d’une formation remplie de talent, et à mon avis, on sera en mesure de donner du fil à retordre à toutes les autres équipes. On veut faire la fierté de Volleyball Ontario, et perpétuer l’historique de succès du programme à ce tournoi », a commenté Potter.

Peu importe le résultat, les deux filles apprendront beaucoup autant au niveau tactique que technique grâce à leurs entraîneurs ainsi qu’en rivalisant avec d’autres athlètes de haut calibre. « En étant dirigée par un entraîneur possédant autant d’expérience, et en affrontant des joueuses de si haut calibre, ce sera forcément une expérience bénéfique. Les entraîneurs ont été géniaux, et la plupart d’entre eux possèdent un bagage d’expérience au niveau universitaire. Ça me donne donc un petit aperçu du calibre dans lequel j’évoluerai l’an prochain. Je sais que j’ai encore beaucoup de choses à apprendre, mais cette expérience avec l’équipe ontarienne me motive davantage pour ma saison recrue, l’an prochain à l’Université d’Ottawa », explique Potter.

« Les entraîneurs m’encouragent constamment à être plus vocale et à exercer mon leadership. Je crois m’être améliorée dans ce domaine, et cela m’aidera grandement sur le terrain avec les Gee-Gees. Aussi, j’ai travaillé mes réceptions de service, ce qui me permet d’être plus confiante. Ça sera un atout indéniable pour l’an prochain, surtout que la réception de service est la facette la plus importante du volleyball. Comme chaque point commence avec une réception, si celle-ci est imprécise, ça affecte beaucoup l’offensive », a soutenu Lemay.

Terry Thomas signe un premier contrat professionnel en Allemagne


jeudi 24 juillet 2014

Terry Thomas a signé son premier contrat professionnel avec les Towers d’Hambourg de la ligue Pro A d’Allemagne. Cette signature a été annoncée ce matin par l’équipe et Slan Sports Management, à Toronto.

Thomas, un avant de 6 pieds 4, a terminé sa carrière universitaire à l’Université d’Ottawa la saison dernière et il était l’un des meilleurs marqueurs du Sport interuniversitaire canadien. Il a terminé quatrième au pays au chapitre des points avec 22,4 points par partie, et premier avec 32,5 points par 40 minutes. Il a également conservé une moyenne de 5,9 rebonds, 2,0 passes et 2,4 revirements provoqués par match, en plus de maintenir une moyenne d’efficacité de 45,2 % de la ligne des lancers francs. Thomas a aidé les Gee-Gees à remporter le championnat des Sports interuniversitaires de l’Ontario et il les a menés à la finale du championnat de la finale à 8 de SIC, où il a été nommé sur l’équipe étoile du tournoi de la finale à 8 de SIC pour la deuxième fois de sa carrière.

Thomas croit qu’il est en bonne position pour commencer sa carrière et il est prêt à devenir un leader sous plusieurs aspects pour Hambourg cette saison.

« Je suis très heureux d’avoir l’occasion de faire partie d’une équipe émergente qui a autant de potentiel », a mentionné Thomas. « J’ai hâte d’utiliser mon leadership, mon éthique de travail et mon énergie positive sur le terrain et à l’extérieur pour que ce programme devienne excellent. »

Les Towers d’Hambourg sont une équipe d’expansion qui a reçu un laissez-passer de la ligue A allemande pour la saison 2014-2015. Ils sont heureux d’accueillir un joueur qui possède des habiletés physiques et du talent comme Thomas.

« Nous cherchions un joueur physique qui peut aussi bien lancer le ballon de la ligue des trois points. Nous sommes certains que nous avons trouvé ce genre de joueur en Terry Thomas » a indiqué Hamed Attarbashi, l’entraineur-chef d’Hambourg. « Défensivement, il est très actif et mobile, ce qui nous aidera grandement. S’il continue de travailler son jeu, il aura un brillant avenir comme joueur professionnel de basketball. »

Pour obtenir plus d’informations et pour suivre les performances de Terry au cours de la saison, consultez le : http://slansportsmanagement.com/terry-thomas.

(Communiqué de presse de Slan Sports Management)

Warren Ward s'expatrie en Europe


jeudi 17 juillet 2014

Après avoir disputé une saison en Allemagne dans la ligue Beko BBL, le deuxième meilleur pointeur de l’histoire des Gee-Gees, Warren Ward, est prêt à faire face à de nouveaux défis. Suite à sa cinquième saison dans le SIC, l’ex-Gee-Gee a été recruté par une équipe professionnelle de calibre A, le club Trier TBB, pour jouer au poste d’arrière. Même s’il a raté les éliminatoires, ce fut tout de même une bonne expérience d’apprentissage pour Ward.

Le joueur natif de Brampton en Ontario, qui a maintenu une moyenne de 6,7 points par match, a dû passer à travers une période d’ajustement dans son nouveau milieu. « Ç’a été plus difficile de s’adapter à la vitesse, l’aspect physique, l’attention au détail et le peu de marge d’erreur dont on bénéficie dans ce circuit. Il fallait que j’améliore la rapidité de ma lecture du jeu et la précision de mes tirs », explique Ward. « Le défi le plus important, c’était de rester positif, même quand j’étais au cœur de séquences laborieuses. À force de jouer et de pratiquer autant, chaque joueur a forcément des contre-performances, et c’est en travaillant avec acharnement que l’on peut s’en sortir. »

« Sur une échelle d’un à dix, je me donne un sept pour ma première saison professionnelle. Dans l’ensemble, c’était une saison plutôt solide, mais je ne me cache pas que j’aurais peut-être fait certaines choses différemment. C’était une saison en dents de scie, mais ça a définitivement valu la peine », constate Ward.

Au-delà du sport, ce fut toute une expérience de devoir s’adapter à un nouveau pays, une nouvelle langue et un nouveau style de vie. Toutefois, Ward dénote que son organisation a fait tout en son pouvoir pour qu'il se sente le bienvenu, et pour que la transition se fasse tout en douceur. « Ils m’ont mis à l’aise, et m’ont fourni une maison, une auto, un cellulaire, bref tout ce dont j’avais besoin. »

En Allemagne, il a pu visiter les alentours et apprendre quelques mots d’allemand. Il a aussi dû s’adapter à la culture de son foyer d’accueil. « Je dirais que ce qui m’a le plus sauté aux yeux, c’était la taille des routes, et le fait que tous les commerces semblent fermer si tôt. Après 20h, oublie-ça, presque tous les endroits sont fermés. »

Pour Ward, l’avantage de vivre outre-mer, c’était de se sentir indépendant et d’être totalement dénué de responsabilités et d’obligations. Malgré ses entraînements à raison de deux fois par jour, et ses matchs, il a eu la chance de visiter les Pays-Bas, le Luxembourg et la France lors de son séjour en Allemagne.

L’ancien numéro dix des Gee-Gees n’est toujours pas fixé sur sa destination pour la prochaine année. Pour l’instant, il passe l’été à Minneapolis au Minnesota, afin de s’entraîner et continuer son développement. Une chose est certaine, il continuera à travailler sans relâche pour atteindre son plein potentiel.

Flynn se joint aux Gee-Gees en tant qu'entraîneur adjoint


jeudi 10 juillet 2014

L’équipe de basketball féminin de l’Université d’Ottawa est fière d’annoncer l’embauche de Patrick Flynn au poste d’entraîneur adjoint à temps plein. Flynn, ex-étudiant de l’U d’O, s’amène avec le gris et grenat, fort de son expérience de quatre saisons à la barre des Griffons de l’Outaouais.

« Pat est un ajout extraordinaire à notre personnel d’entraineurs cette année. Il est respecté, possède une grande expérience et il est un entraineur bilingue qui connait beaucoup la communauté de basketball au Québec. Il est très motivé à nous aider à faire progresser notre programme », a noté l’entraineur-chef Andy Sparks.

Nommé entraîneur-chef des Griffons en février 2010, Flynn a remporté le prix d’entraîneur de l’année du cégep de l’Outaouais l’an dernier. Auparavant, il a dirigé l’équipe juvénile féminine de l’Arsenal du Collège Nouvelles-Frontières, où il a entrepris sa carrière d’entraîneur avec l’équipe masculine.

Le natif de Gatineau amènera également avec lui un impressionnant réseau, de par son implication dans les programmes de développement de joueuses d’élite de Basketball Québec. Il a été entraîneur adjoint pour la formation U16 de l’Outaouais aux Jeux du Québec en 2010, dirigeant entre autres Catherine Traer au sein de l’équipe victorieuse. Il a aussi dirigé l’équipe U15 de l’Outaouais, et sera à nouveau d’office plus tard cet été, à titre d’entraîneur adjoint de l’équipe U14 espoir.

Avant de se lancer dans le milieu, Flynn a joué au basketball au Collège Saint-Alexandre, et un an au Collège Nouvelles-Frontières. Il a obtenu sa licence en droit civil (LL.L) et son baccalauréat en common law (LL.B) de l’Université d’Ottawa en 2009. Aprés de passer le barreau du Québec en 2010, Flynn a travaillé pour l'Association des Juristes d’Expression Française d’Ontario, un organisme à but non lucratif qui cherche à défendre les droits des francophones.

Avec les Gee-Gees, Flynn se concentrera sur les habiletés individuelles des joueuses, et les séances vidéo. « Je suis toujours excité à l’idée d’aller dans le gymnase et d’aider les joueuses à s’améliorer individuellement et collectivement », a déclaré Flynn.

« Je me sens privilégié de pouvoir apprendre de coach Sparks, et en tant qu’ancien, je souhaite beaucoup de succès à l’U d’O. Le programme est en pleine ascension, et si je peux contribuer à cette montée en puissance, je serais très content. Je dirige une équipe qui a des attentes élevées, et c’est très motivant pour moi ».

Flynn viendra prendre la place laissée béante par Marg Jones, qui est la nouvelle entraîneuse-chef des Lakers de l’Université Nipissing.